[box]

Ce soir, en navigant sur Facebook, mes yeux se fixent soudainement sur un truc partagé plus d’une centaine de fois. J’ai lu ce truc, je l’ai aimé, je l’ai commenté et puis je l’ai partagé avec vous ici 😉

Bonne lecture.
-Ayoub D.[/box]

Donc, il était une fois, juste ici, à Paris, par une belle après-midi de printemps. Il y a très longtemps, une rue… A une extrémité apparaît cet homme, âgé d’une vingtaine d’années. Il avait une lettre à la main et devait aller la poster. A l’autre bout, d’une rue adjacente, surgit cette superbe jeune femme, approximativement du même âge, elle flâne, guère pressée, elle se rend chez quelqu’un de sa famille, à moins que ce ne soit une amie.

Là, ils viennent de se croiser… Et alors qu’ils se croisent, l’homme songe « C’est la femme 100% parfaite pour moi, je ne faisais qu’aller poster cette lettre, quelles étaient les chances pour que cela arrive ainsi fortuitement ? ».

La jeune femme se retourne aussi et elle songe « Cet homme est l’homme 100% parfait pour moi ». Ils auraient pu continuer leur chemin, mais ce jour là, le destin voulait que quelque chose se passe. Ils s’arrêtent et commencent à parler ensemble.

Ils réalisent alors qu’ils sont similaires en chaque chose. Ils ont tout en commun et tout ce qu’ils n’ont pas en commun se complète remarquablement. Ils s’installent sur un banc dans un parc voisin et commencent à s’interroger alors qu’ils sont encore immergés dans l’excitation de la rencontre : « Quelle étrange coïncidence tout de même, rencontrer ainsi fortuitement l’amour 100% parfait par une belle après-midi de printemps…Tout cela ressemble décidément à un rêve… ».

Cela leur semble décidément trop facile, ils décident alors de mettre le destin à l’épreuve… « Nous allons nous séparer sans aucun moyen de nous retrouver, nous n’allons pas nous donner nos adresses, ni nous dire où nous travaillons/étudions. Si le destin nous fait nous rencontrer à nouveau, alors cela ne pourra avoir qu’un sens et nous nous marierons sur l’instant… ».

L’homme va poster sa lettre, la jeune femme va rejoindre la personne qu’elle devait voir à laquelle elle raconte, très émue, sa rencontre…

Une journée passe, puis une semaine.
6 mois passent, puis un an, bientôt 5 ans.
10 ans se déroulent sans qu’ils se revoient.

Bien sûr, ils sont jeunes, ils doivent faire leur vie et chacun de son côté. Ils commencent à vivre des amours après s’être attendus. Ils trouvent un amour qui vaut 65%, puis un autre à 75%, ils arrivent même à trouver une personne compatible à 82%, mais ils ne retrouvent jamais cette complémentarité à 100%.

Mais la vie n’est pas si mal, alors chacun de son côté se marie, fonde une famille. Ils deviennent même grands-parents et leurs petits enfants sont adorables.

Ils sont désormais au crépuscule de leur vie. Un hiver particulièrement froid sévit sur Paris, cela remonte à quelques années seulement. Un hiver de notre enfance (ils sont morts à l’heure à laquelle je vous parle). Je ne sais pas si c’est le froid ou les années mais voilà notre jeune homme qui est devenu un vieillard tremblant et qui par ironie du sort se retrouve dans la même rue qu’il y a de nombreuses années dans le but de poster à nouveau une lettre.

Il ne se rappelle plus des fois où à l’époque il est repassé dans cette rue en espérant tomber sur sa belle inconnue. Là, il pense juste qu’il faut qu’il aille poster cette lettre puis se mettre au chaud.

A l’autre bout de la rue, se trouve notre belle jeune femme que les années ont transformée en vieille dame. Elle s’appuie sur une canne mais se déplace encore seule, elle va rendre visite à sa petite fille ou une vieille amie. Elle même ne sait plus très bien, elle perd un peu la tête et ne se souvient plus très bien de tout…

Ils mettent environ dix fois plus de temps que la première fois pour traverser la rue, mais bon c’est normal, ils n’ont plus vingt ans…

Ils se croisent, le trottoir n’est pas très large et leur démarche hésitante les oblige à s’arrêter pour se croiser, ils se dévisagent longuement. Et lui dans sa tête, il songe « Hum, je connais cette dame je crois bien, mais je n’arrive plus à me rappeler d’où… », elle dans sa tête une interrogation « Cette personne m’est familière, je crois bien mais je peux me tromper ». Il enlève son chapeau pour la saluer, lui sourit, elle lui rend son sourire, passe et chacun continue son chemin.

Une heure après, chacun des deux protagonistes a oublié l’événement…

La morale de cette histoire ?

Et bien, ces deux personnes étaient faites pour être ensemble, les chances qu’elles se rencontrent une fois étaient extrêmement faibles, peut-être plus faibles que de gagner le gros lot à la loterie… Elles ont voulu tester le destin, mais celui-ci ne donne qu’une chance…

Triste histoire, n’est ce pas ?

SOYEZ LE PREMIER A LAISSER UN COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE